Fallout 3, the Pluton's test :

Introduction :

D'après ce qu'il y a sur la boîte, on apprend que Fallout 3 est un jeu vidéo PC de Bethesda. Qu'il s'agit de la suite de Fallout 1 et Fallout 2, deux jeux en 3D isométrique sortis à la fin des années 90.
Après avoir avalé une bonne rasade de Vodka pour se réchauffer les quelques neurones qu'il me reste, j'en arrive par de subtiles déductions à ces trois points :

Fallout 3 est la suite de Fallout 1&2. Ouais, ça c'était pas trop subtil, mais ça n'en est pas moins important.


Fallout 3 est fortement influencé par le passé de Bethesda à savoir Arena, Daggerfall, Morrowind et Oblivion, tout particulièrement ce dernier puisqu'il en reprend le moteur et pas mal d'autres choses.

Fallout 3 est un jeu. Et là c'est la grosse révélation. Surtout pour ceux qui sont déjà au fond de leur bouteille.

Bref, je vais écrire un triple test.


Fallout 3 ; Après Fallout 1 et Fallout 2 :

Le background :

Fallout 3 reprend le background des premiers jeux, à savoir un monde dévasté par un énorme conflit (de canard) nucléaire, des survivant à l'extérieur ayant plus ou moins subit de mutations diverses et variées et des survivants "privilégiés" vivant dans des abris construits avant l'explosion ultime.

Pour les détails je vais pas vous gonfler, déjà parce que ça m'intéresse moyennement, ensuite parce que d'autres sites tels que NMA pourraient vous abreuver de détails de Fallout 3 qui sonnent faux par rapport aux premiers épisodes.

Tout ce que je voudrais dire sur ce point c'est que le Wasteland ne se prête PAS à un jeu en 3D vue subjective. Fallout 3 en est la preuve. Oui, la distance de vue est affolante, mais il n'y a pas grand chose qui se découpe sur l'horizon : une tour par ici, un bâtiment par là, des ponts suspendus presque copiés-collés et systématiquement cassés au milieu (pourquoi juste au milieu ?).
A titre de comparaison, les images issues de fallout sont des images de BD, et la vue et le tour par tour ainsi que le design général renforçaient volontairement cette impression.

Si le même jeu avait été mis en vue subjective, on aurait eu le même resultat : du plat, du chiant, du répétitif, du moche. C'est exactement ce qui est arrivé dans Fallout 3. Sans les grandes villes structurées, sans la vaste carte de jeu.
Régression.

Autre chose : le background de Fallout 1, la référence donc, mettait en scène une lutte perpétuelle pour la survie, avec des PNJ organisés en bandes plus ou moins criminelles, fascistes, profondément humaines donc.
Ici on a des PNJ qui passent le balai dans leurs taudis (!), des méchants qui roulent des mécaniques mais qui ne sont jamais bien méchants, qui n'essaient pas de t'entuber (un contrat sur 2 au moins dans Fallout 1 ou 2 était une tentative d'arnaque voir de meurtre), des gentils PNJ terrorisés mais pas au point de voler ou d'arnaquer le premier pigeon sortant de son abri douillet.
Des PNJ qui écrivent des "guides sur le wasteland" au lieu de faire du bon business, qui ne boivent que très peu, qui ne menaçent jamais, qui sont finalement là pour jouer. Jouer au méchant, sans l'être. Ou alors en l'étant gratuitement, comme ça, sans chercher avant tout leur propre intérêt ou leur survie.
Y'a bien les vrais méchants, mais c'est juste des bots. Un raider ne se différencie d'un molerat que par la taille de ses membres et sa coiffure. Même côté IA c'est kif-kif.

Régression.

J'ai vu un sniper psychopathe tirer sur des voitures dans une ville fantôme minée jusqu'à la garde. Je me suis dit : cool, je vais causer à un vrai sociopathe. En fait il était tellement sociopathe qu'il n'a eu d'autre réaction que de m'attaquer à vue. Une fois l'avoir tué je me suis dit "bah, à défaut, je vais trouver son journal ou autre chose, un truc qui décrit son était psychologique. Non, juste un grabat et des munitions.

Ah, mais sur lui une clef pour sa maison qui se trouve plus loin dans la rue. "Cool, je vais visiter le repaire d'un timbré..."
Vous l'avez deviné il s'agissait d'un copié-collé des autres maisons désertes du quartier : pas un PNJ, pas un log, pas un journal, pas de souterrain, pas de background RIEN.

Régression.

Dans Fallout 1, même les bestioles avaient une raison d'exister, des chefs, des mutants exclus de leurs race et qui se mettaient à causer avec le joueur, des quêtes liées. Les griffemorts, le roi des rats etc etc.
Bon, dans Fallout 2 ça se gâtait avec les aliens chelous, mais c'était pas une raison pour continuer dans ce sens.

Pareil pour les objets, leurs descriptions carrément absentes du pipboy dans Fallout 3.

Le gameplay :

Fallout 1&2 sont des jeux en vue isométrique et en tour par tour. Fallout 3 étant en vue FPS et n'ayant aucun mode tour par tour, il ne partage strictement rien avec un Fallout du point du vue du gameplay. Ca fait tâche quand on développe la suite d'un jeu vidéo.


Fallout 3 la suite de Fallout : 2/10


The Elder Scrolls

Voilà l'essentiel du gameplay : Elder Scrolls Je me suis dit ça quand j'ai vu un raider ranger son lance-roquette qui aurait pu me pulvériser pour sortir son couteau et se jeter sur moi. Je me dis ça aussi à chaque combat puisque ceux-ci consistent à tirer un premier coup ou deux en VATS en furtif puis à reculer en vidant les chargeurs sur un ennemi qui essaie desespérement d'arriver au contact, ou à 2 mètres s'il a la présence d'esprit de conserver son arme à feu.
Ayant joué un mage et une archère dans Morrowind et une archère dans Oblivion, j'ai tout de suite retrouvé cette technique qui, depuis trois épisodes des Elder Scrolls, n'a pas bougé d'un iota.
Stagnation.

La carte :

Dans Arena et Daggerfall, le monde de jeu était démesuré, encore inégalé dans un RPG, que ce soit en plein air ou dans les dongeons, ça donnait le vertige. Dans Morrowind le paysage changeait en même temps qu'il rapetissait, il prenait du sens et était d'une grande originalité
Dans Oblivion on passait à un monde tenant dans un mouchoir de poche, mais la ballade était franchement enthousiasmante, charmante même. Le moteur affichait des feuilles se mouvant dans le vent, on gravissait des montagnes à dos de cheval et on était un peu sur le cul lorsqu'on s'arrêtait regarder le panorama en haut entre deux buissons.

Dans Fallout 3, je l'ai déjà dit, c'est le wasteland et y'a rien à voir. Normal pour un wasteland, mais dans un jeu PC, non, ça ne passe pas. Les maisons sont copiées-collées, aussi bien l'intérieur que l'extérieur. Les rochers se ressemblent tous, les routes sont pareilles, quelques objets sympa sont là mais...

... mais bordel qu'on est loin d'un STALKER crénom de dieu !!!

Le monde n'a aucune cohérence, les briques sont mal disposées, les trous aussi, les bâtiments ne comportent presque aucun étage. Tout est copié collé, ou presque. Si les développeurs s'étaient bougé le cul pour faire un truc à la fois petit et intéressant ils auraient immédiatement opté pour une vraie ville avec des vrais bâtiments à étages, des grattes-ciels, des tours, du relief quoi. Même juste une grosse capitale à explorer, avec ses quartiers et ses secrets. Là c'est grosso modo la même carte qu'Oblivion mais sans les fôrets, sans les ruisseaux, sans les villes et les petits chemins dans les bois. Tu m'étonnes que c'est fluide !!!
Régression.

A part ça, le travail d'écriture est du niveau moyen des Elder Scrolls, avec des pointes de bon, noyés dans un magma de chiant et de pas crédible. Pareil pour les quêtes, toujours avortées ou transformées en fedex quand ça s'amorçait pourtant intéressant.

Après tout le mal que j'avais lu des quêtes d'Oblivion j'avais été plutôt surpris de trouver du plaisir à jouer un voleur nihiliste et pragmatique à la Garett. Sur Fallout 3 je n'ai constaté pour l'instant aucune amélioration. C'est même pire, je trouve, car des quêtes culcul dans un monde post-apo où chacun doit survivre ça fait encore plus tâche.

Fallout 3, un Elder Scroll : 6/10


Fallout 3 tout seul :

Fallout 3 est bien optimisé. Il tourne à merveille sur mon ordi vieillissant et ne rame jamais. Les chargements sont très rapides et les plantages réguliers mais peu nombreux.
Il s'agit d'un bon jeu d'exploration car de nombreux dongeons sont à découvrir. Pourtant de chaque dongeon je ressors en me demandant si j'ai loupé un truc ou si il n'y avait réellement rien à voir. Poussé par l'espoir je me dirige vers le suivant, c'est ça qui maintient le plaisir et la motivation de jouer.

Ce n'est certainement pas le gameplay, qui n'offre aucun challenge intéressant au joueur. Certes en very hard on crève régulièrement, mais la difficulté réside uniquement dans le nombre de rafales qu'il faut mettre dans la tête d'un type pour qu'il soit à terre. Oui, j'ai bien dit le nombre de rafales, pas de balles.
La réflexion n'a pas non plus sa place dans le développement ou l'équipement du personnage. Les dialogues également ne peuvent presque jamais « piéger » le joueur qui décide trop vite. De toute façon ils sont tellement caricaturaux...

Les animations sont à chier, de plus, couplés à l'IA inexistante, la caméra foireuse du VATS, les combats ne ressemblent strictement à rien. La pression n'existe pas puisqu'il suffit d'exploiter toutes ces lacunes de visée, de VATS (god-mode), de pathfinding pour venir à bout d'un combat un peu chaud. Mutiler les PNJ ne change rien à la donne, un assaillant avec la tête à 0, un bras et une jambe à 0 continuera à se battre comme s'il s'était juste pété un ongle.
Les trucs sympa sont les explosif, les mines et autres pièges que l'on peut tendre à l'ennemi. Maigre consolation.

Après
Doom
System Shock 1&2
Deus Ex
FEAR
Painkiller
Stalker
Quake 1&2&3
Far Cry
NOLF
NOLF2
AVP
AVP2
Boiling Point (!)
Tron 2.0
Half Life
Halo (!)
Medal of Honor
RTCW
... peut on tolérer un FPS aussi bancal ? NON. A-t-on vu dans ces jeux cités la moitié des animations merdiques de Fallout 3 ? Non. L'IA ? Celle de Serious Sam est plus cohérente.

Pourtant je continue à jouer, parce que je voulais un FPS ouvert, parce que j'aime bien les univers post-apo, parce que j'ai encore la volonté de trouver des trucs qui vont me surprendre dans un dongeon, un dialogue ou dans une quête. Mais depuis le début je vois des combats affreux, des dialogues sans saveur ni surprises ni beaucoup de choix, je ne vois aucune tentative d'accrocher l'intellect du joueur, aucun décors me laissant sur le cul (alors que dans STALKER je me surprend très souvent à jouer la bouche ouverte depuis un quart d'heure, ce qui m'est également arrivé 3 ou 4 fois dans Oblivion). Je vois un très mauvais FPS, mais alors à chier à chier quoi, une IA absolument catastrophique et des animations à vomir, des textures qui non seulement sont moyennes mais intégrées d'une telle manière que leur laideur te saute au visage. C'est même pas une question technique, Half Life est plus joli et fini d'un point de vue du design. Aucun skill requis non plus, ni réflexion, ni choix que ce soit dans les quêtes ou le développement du perso ou de son équipement, un univers dont la cohérence tombe en morceau trop souvent et dont la crédibilité est plus que sur le fil.

Oui, je continue à y jouer pour voir la suite, parce que les logs sont sympas (mais bien trop rares) mais le début... bah c'est pas trop ça. On verra, mais les 7 premiers niveaux c'est vraiment lamentable.

J'y joue par défaut : parce que les FPS libres se comptent sur les doigts d'une main, parce que les univers post-apo à budget conséquent aussi, et puis bien sûr dans l'espoir de me prendre au jeu à un moment. Et surtout par curiosité.
J'y joue comme j'ai joué à Boiling Point, mais avec beaucoup moins de plaisir. Beaucoup moins.

Fallout 3 tout seul : 5/10

Et venant d'un studio ayant de tels moyens, d'une licence si sympathique, si réputée et en 2008, c'est un énorme foutage de gueule. Du genre filer de l'eau croupie et boueuse à un type mourant de soif en lui faisant un bon gros doigt d'honneur.

Note globale en tenant compte du contexte :

3/10

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Il faut faire lire, ce test, je suis un grand fondu de fallout depuis toujours et ai grandi avec, et ce test est de loin le plus pragmatique de tous ! Et je parle meme pas des tests marketings des pseudo-testeurs/journalistes.

Pas trop d'accords sur les 7 premiers niveaux par contre, c'est au contraire au début du jeu en très difficile que le gameplay est un peu interressant uniquement pour l'esprit de survie qui en ressort : on est pauvre, on en chie un peu, et pour peu qu'on suive pas les sentiers battus on a droits quelques excentricités ( trop caricaturales tu l'as dit ).

Anonyme a dit…

Tout simplement magnifique ce test :D Sérieusement moi j'ai même pas eu le courage de continuer l'aventure Fallout 3... je me fais chier à mourir :x

Armée des ombres a dit…

Excellent test.
Après avoir joué au saint Grall Fallout 1&2, il est vrai que Fallout 3 parait bien léger. Je m'attendais tout de même à plus de RPG.
Salutations
Armée des ombres

artgalen a dit…

Après ce très bon test, le doute s'est installé, je fais quoi ? je me tape Fallout 3 ?, ou je retourne une énième fois dans le cordon ?

... ok, le cordon.

Sinon, existe-t-il des "Stalker-like" ?

Anonyme a dit…

Moi je trouve que tu tue un peu le jeu tu aurais pu, par exemple, parler de multiples secrets du jeu, de poupées Vault Tec, des armes uniques, de l'enclave, de la confrérie et essaie de traverser la carte tu vas forcément te faire attaquer 10 fois mini de plus il y a des lieux secrets, des différentes orientations, bref il ne faut pas y jouer pour le finir ni pour qu'il soit linéaire tu ne vas pas toujour tomber sur les mêmes truc d'une partie a l'autre

Anonyme a dit…

Moi je trouve que tu tue un peu le jeu tu aurais pu, par exemple, parler de multiples secrets du jeu, de poupées Vault Tec, des armes uniques, de l'enclave, de la confrérie et essaie de traverser la carte tu vas forcément te faire attaquer 10 fois mini de plus il y a des lieux secrets, des différentes orientations, bref il ne faut pas y jouer pour le finir ni pour qu'il soit linéaire tu ne vas pas toujour tomber sur les mêmes truc d'une partie a l'autre